Au fin fond du creux de la vague télévisuelle

Bien que je sois fan des tics de langage de la télé-réalité, je ne supporte plus les montages douteux de l’ultime « date » de « l’île de la tentation » que la voix-off martèle d’un « bidule s’approche au plus près de la tentation ». « C’est tout pour le moment ».

« Secret Story » a perdu beaucoup de son intérêt depuis que Marilyn feint de se rapprocher de John-David (par stratégie) pour rassurer Nathalie sur son hétérosexualité. Quant à Alice, elle a à peine chouiné en apprenant pourtant que Matthias l’a trouvée peu séduisante en vrai. Il faut dire qu’elle a pris dans les dents grâce à La toute puissante Voix une image la montrant en train de claironner à ses camarades qu’à n’en pas douter Isabelle était un homme. Dommage, Alice !

Dans l’épisode de « New York, police judiciaire » de lundi sur TF1, nous avons appris qu’un homme à l’apparence wasp était en fait « noir ». Difficile de garder son sérieux devant l’intrigue, quand chacun des personnages martèle à un type apparemment franchement blanc qu’il est noir. A côté de ça, l’histoire était parfaitement sinistre et la dame assassinée l’avait été à cause de la couleur masquée de son époux qui était ressortie sur leur fils. Un épisode bien glauque…

Il faudra m’expliquer la propension étrange des épisodes de la série « Miss Marple » à compter des lesbiennes. Elles sont parfois les victimes de l’assassin, comme dans cet épisode où l’amie de la détective au tricot est assassinée parce qu’elle en sait trop au désespoir de sa compagne, ou les coupables pour qui la vieille enquêtrice a toujours une indulgence troublante. J’ai même vu des femmes s’embrasser sur TMC vers 15 heures avant-hier.

Grâce à ma femme qui ne cesse de me le rappeler à chaque fois que la publicité passe à la télévision, je suis obligée aujourd’hui de vous livrer une de mes histoires secrètes. Un jour, je l’admets, j’ai appelé le fil de l’amitié d’Evelyne Leclerc. Je me suis trompée en effet d’un ou plusieurs numéros en tentant de joindre l’UGC pour connaître les horaires des séances. Je n’avais pas encore internet à l’époque.

Sinon, je suis heureuse qu’après un paquet d’épisodes où Alice et Alex semblaient ne jamais devoir être plus de cinq minutes d’affilée sur la même longueur d’ondes à Nouméa, ce qui impliquait que l’un ou l’autre quittait dans l’instant l’endroit où ils étaient ensemble avec dans un cas sur deux la personne restée sur place qui lui courait après ensuite, l’intrigue du début de saison ait enfin repris ses droits. Alice, Alex, Léo et Eva qui ne sert jamais à rien se sont à nouveau réveillés dans une forêt luxuriante inconnue vraisemblablement sur une île appartement à des Autres aborigènes qui veulent leur faire passer une épreuve initiatique incompréhensible. Pour mémoire, la saison 2 de « Foudre » avait commencé sur les chapeaux de roue dans un esprit très « Lost » (du pauvre) : une île inconnue, pas une trappe mais une tente, un type chevelu et sa famille qui sauve tout le monde (un genre de Desmond victorieux quoi…)… Mais ce bel élan avait été vite stoppé par le retour de la petite bande à la civilisation.

Sinon la femme de Fred (qui se reconnaîtra) qui ne cherche pas réellement l’amour dans le pré a râlé parce que je n’ai pas mis la photo de sa chérie en ligne, je répare cette injustice. Véronique Mounier ne fonce pas chez ma lectrice avec des caméras, cette femme n’est pas célibataire !

[Edit de 19h42] Comme personne n’a trouvé le contenu de ce post simplement « commentable », je bois des cocktails de notre composition (vodka/jus de pommes) en envoyant des supplications professionnelles et surtout j’édite ce post.
J’ai oublié de signaler que comme l’a si bien chanté Céline Dion, « on ne change pas ». Ainsi, dans « les vacances de l’amour » sur NT1, Johanna n’a toujours pas perdu son charmant accent, qui nous valait et nous vaut aujourd’hui des fous-rires devant les rediffs d' »Hélène et les garçons » sur NRJ12. Ainsi, elle s’inquiète sincèrement pour l’avenir du « grûpe » au moment où Nicolas part au service militaire ce qui est parfaitement « dégûtant« . Je suis injuste parce qu’une personne au moins a évolué dans la bande, c’est Hélène. Cricri d’amour, devenu vieux et sage, lui a signalé l’autre fois qu’il n’aurait jamais imaginé « monter dans son taxi ». J’ai passé, sans vodka-jus de pommes, 10 minutes à ricaner après cette réflexion.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s